mardi 27 mai 2014

L’Ukraine, détonateur de la crise de la CIA Il y a, sur Strategic-Culture.org, le 26 mai 2014, un article de Nil Nikandrov sur ce qui semble devoir être désormais identifié comme une très grave crise au sein de la CIA, avec élimination d’officiers de l’Agence sur ordre de la direction, et cela étant lié d’une part à la situation en Ukraine (comme détonateur de la crise de la CIA), d’autre part aux révélations officielles récentes et publiques sur les tortures pratiquées par l’Agence, notamment depuis 2001, avec des documents publiés et à venir par la commission sénatoriale sur le renseignement de la sénatrice Feinstein. Il semble que ces pratiques soient massives, sinon systématiques, et placent nombre d’officiers de l’Agence devant le risque d’inculpations graves, sion du risque suprême.
L’article de Nikandrov se base d’abord sur des révélations du Washington Times, en partie confirmées de source officielle, et, à partir de là, diverses sources indépendantes sur internet. Le départ de l’affaire ainsi confirmée officiellement du côté du Système à cause des obligations de réglementation par rapport aux forces internes du Système, on peut alors développer, du côté des réseaux indépendants internet, des supputations importantes, déployant en cela l’aspect indépendant et bien expérimentés professionnellement de nombre de centres de la communication-internet. A partir du moment où ils se réfèrent à des informations initiales confirmées ou à toute autre base solide de départ, les réseaux internet ont toute la capacité, et le devoir selon leur engagement, de développer leurs enquêtes qui nous rapprochent beaucoup plus de la vérité de la situation que les canaux de communication officiels qui, à partir de leur aveu initial fondé, produisent aussitôt des narrative faussaires et simulacres. A cet égard, la seule certitude à partir du point de départ obligé pour tous qui est la révélation confirmée (par la CIA) d’un suicide, alors que nous entrons dans le domaine de la communication, c’est que le réseau-Système officiel entre automatiquement aussitôt dans sa vitesse de croisière de la narrative et du mensonge systématique (point absolument assuré, sinon référence fondamentale pour notre commentaire), tandis que les réseaux-internet cherche la vérité de la situation avec toutes les incertitudes normales qu’on y rencontre. Cette introduction est pour signifier que nous considérons le texte de Nikandrov comme une bonne base de réflexion, qu’il faut apprécier avec un sens critique normal mais certainement pas la certitude du binôme narrative-mensonge qui marque toute intervention officielle. «CIA officers have committed more suicides than ever in recent years. It’s hard to adduce exact figures – the information is classified. According to the evidently sexed up statistics, the suicide annual rate in the military is 250-400. In comparison the alleged CIA rate is 30-50. »They try to avoid publicity in case suicides are committed by operatives working under cover. But it’s hard to conceal anything when it happens with high-placed officials. According to the ‘Washington Times’, a senior CIA official died in an apparent suicide in early April from injuries sustained after jumping off a building in Northern Virginia. CIA spokesman Christopher White confirmed the death and said the incident did not take place at CIA headquarters in McLean, Va. “We can confirm that there was an individual fatally injured at a facility where agency work is done”... [...] »US and Canadian bloggers offer different interpretations, some of them worth mentioning. One of the reasons could be the decision by Senate Intelligence Committee to publish a report on brutal methods of interrogation practiced by the Central Intelligence Agency, as well as the special services of Romania, Poland, Lithuania and other countries. The multi-page paper adduces hundreds of cases when people suspected of involvement into terrorist activities were silently detained, taken to secret CIA jails and tortured to make them reveal the needed information. »The mass tortures have made many CIA operatives get promotions, decorations and material benefits for working under extremely tough conditions. They believed that the records of their “heroic deeds” were to be forever buried in the CIA archives. But there are more cases when the names of perpetrators carrying out criminal orders come into the open, videos with horrendous pictures of tortures become available to public and studied by experts to be sooner or later used as evidence during trial procedures launched by innocent victims. »One of the versions says the suicide victim wanted to escape like Edward Snowden did. He could not forgive the system for including his name in the long list of those who was involved in establishing and operating secret prisons in Eastern Europe. He had a lot to tell being a member of John Brennan’s inner circle even before the latter’s appointment as CIA director. The self-murderer was involved in planning and operations during the Iraq and Afghanistan wars. »Bloggers say he specialized on Eastern Europe. His recent activities had been mainly centered on Ukraine. He had close contacts with the Defense Intelligence and Drug Enforcement Agency. His activities were related to the clandestine plans aimed at dragging Ukraine out of Russia’s influence. He knew the names of CIA operatives acting under cover including top junta officials. Having escaped, he could have used the information to his advantage. One of the bloggers conjectured that the dead CIA official wanted to explode “a new bomb” by publishing a scoop with new revelations about criminal activities of US special services but his intention became known… Then the Central Intelligence Agency’s brass decided that the best way out was to have it over and done with by making him commit a suicide. In this case nobody would investigate the case leaving remain secret the crime motives and the names of perpetrators. The government and the CIA know how to best conceal the links – they always eliminate those who did it. Suicide has become a frequent occurrence among military and mercenaries. Having returned home, many of them tried to disclose the crimes committed by their compatriots against prisoners of war and civilians. Some decided to put an end to life as a result of depression. But the real cause of their deaths was one – they were zapped by CIA internal security agents. »John Brennan, the CIA director, is the top official to issue the physical liquidation orders...» • Un dernier paragraphe est à extraire du texte, pour son intérêt, selon notre point de vue. Il concerne le voyage de Brennan à Kiev (voir le 15 avril 2014), qui, de dissimulé qu’il état au départ par divers artifices un peu voyants et bien dans la “saga des services” (nom de Brennan transformé en une sorte de John Doe, équivalent du Dupont américain, pour le transfert à l’aéroport de Kiev), fut tout de suite repéré et bientôt admis publiquement. Il fut universellement admis que ce voyage avait pour but de coordonner et de lancer l’attaque de Kiev contre l’Est russophone mais, finalement, même si cette mission eut sans doute lieu, il s’avère qu’il s’agissait également, sinon surtout, de remonter le moral et contenir le mécontentement du plantureux contingent ukrainien de la CIA et des “sources” appartenant à la CIA (dont des membres haut placés de la bande dirigeante) à Kiev. »...The John Brennan’s recent visit to Ukraine was partly destined to calm down the fears of his subordinates operating in Kiev. He had to convince them there have been no information leaks to cause scandalous disclosures and damage the United States-Ukraine security cooperation. The Central Intelligence Agency, The Federal Bureau of Investigation, the Defense Intelligence Agency and the Drug Enforcement Agency will continue their consulting activities and other efforts aimed at “stabilization” in the country. More US advisers will be sent to Ukraine to assist the security structures and tackle the problems related to instability in the south-eastern part of the country. It is presupposed that the advisers will step in instead of Ukrainian military commanders and lead the operations conducted at the forward edge of fighting against the “separatists”...» • Comme cerise accessoire sur le gâteau, on signalera la gaffe commise par la Maison-Blanche en incluant parmi les officiels assistants à un briefing du président lors de sa très récente visite-surprise en Afghanistan, le nom du chef d’antenne de la CIA à Kaboul. (Certains pourraient juger que ce n’est pas seulement une “gaffe” dans le chef de ceux qui donnèrent initialement les noms des participants au briefing, c’est-à-dire les militaires US en Afghanistan, dépendant de Central Command, qui a plusieurs œufs à peler avec la CIA, depuis l’élimination par “scandale programmé” du général Petraeus, venu de Central Command à la tête de la CIA quelques mois avant sa démission.) Les extraits ci-dessous sont empruntés au site Washington Free Beacon, le 26 mai 2014. «The White House inadvertently included the name of the top CIA official in Afghanistan on a list of participants in a military briefing with President Barack Obama that was distributed to reporters on Sunday, the Washington Post reported. The newspaper said the official, identified as “Chief of Station” in Kabul, was named as being among those at a briefing with Obama during the president’s trip to Bagram Air Base near the Afghan capital. »The list of names was sent by email to reporters traveling with Obama on his surprise Afghanistan visit and included in a “pool report” shared with correspondents and others not on the trip. [...] “Initially, the press office raised no objection, apparently because military officials had provided the list to distribute to news organizations,” the Post added. “But senior White House officials realized the mistake and scrambled to issue an updated list without the CIA officer’s name.”» Il nous semble, à nous, que ce “scandale” n’en est pas un de plus, comme on en a connu déjà beaucoup, qui se perdent très rapidement dans le défilé de révélations de cette nature. Aujourd’hui, l’affaire est bien plus sérieuse parce qu’il existe une menace très grave et très sérieuse pesant sur nombre d’officiers de la CIA, de supplétifs, de contractants plus ou moins officiels, certains pouvant aller jusqu’à des bandes illégales et du crime organisé. Tout cela rend le cas extrêmement délicat parce que des documents officiels peuvent ouvrir les vannes d’actions juridiques dévastatrices contre les très nombreuses personnes impliquées... Nikandrov parle dans son titre d’une “purge” à la CIA («CIA Faces Purges as Situation Remains Tense in Ukraine»), et l’on sait qu’un tel processus peut prendre des dimensions considérables s’il n’est pas très vite maîtrisé ; mais bien plus encore, il s’agit d’une menace plus ou moins opérationnalisée de “double-purge” : une menace interne, déjà avec un commencement d’opérationnalisation, avec des mesures administratives, voire l’élimination physique de certains officiers trop récalcitrants et ayant l’intention de devenir des whistleblower pour se ménager une position d’une certaine impunité face à d’éventuelles poursuite. En effet, la “deuxième purge” possible peut venir de l’extérieur de l’Agence, à partir des documents de la commission Feinstein pouvant entraîner des actions juridiques contre des officiers de la CIA de la part des personnes victimes de sévices, et suscitant justement des “fuites” voire des dissidences d’officiers promptement devenus whistleblowers. S’il ne s’agit pas, comme on l’a mentionné plus haut, de la première “purge” de la CIA, on observera qu’il pourrait bien s’agir d’une “purge“ bien plus importante que la plupart de celles qui ont précédé, qui pourrait équivaloir, peut-être dépasser en intensité celle que connut la CIA entre 1973-1975 (première “purge” du nouveau et éphémère directeur de la CIA James Schlesinger, enchaînant sur les auditions de la commission Church du Sénat) et 1977 (arrivée à la tête de la CIA de l’amiral Stansfield Turner qui effectua une dernière fournée de “purge” à la demande du nouveau président Carter). Cette “purge” gigantesque avait touché les départements d’action directe clandestine (les dirty tricks), les liquidations des directeurs Richard Helms et William Colby, la liquidation de James Angleton qui tenait son service de contre-espionnage à l’intérieur de la CIA depuis la fin des années 1940 et introduisit pendant près de deux décennies un climat de suspicion paranoïaque interne à partir de “révélations” plus ou moins manipulées de divers défecteurs plus ou moins véridiques du KGB, etc. (Le film Raisons d’État [2007], de Robert De Niro, est une biographie adaptée de la carrière de James Jesus Angleton, interprété par Matt Damon.) Cette fois, il s’agit d’une menace structurelle beaucoup plus grave. C’est la mise en cause de toute la réorientation de la CIA vers un service de police (sans les règles habituelles de contrôle) de type contre-terroriste, utilisant les méthodes, clandestines ou non, les plus cruelles et avec une forte proportion d’illégalité, – assassinats, tortures, détentions arbitraires, etc. Cela ne signifie pas qu’il y ait une volonté commune louable dans ce sens de plusieurs centres de pouvoir, à l’intérieur et à l’extérieur de la CIA, car la vertu n’est certainement pas le moteur de leurs actions, mais les concurrences, les jalousies, les interférences bureaucratiques sont bien suffisantes pour déclencher une guerre où les victimes seront effectivement un grand nombre d’officiers de la CIA ayant agi illégalement dans des actions extrêmement cruelles et complètement hors des principes très largement théoriques de l’éthique de l’Agence. Cette perspective même implique une dislocation complète de la solidarité interne du personnel, selon les menaces juridiques, sinon physiques d’élimination, pesant contre lui. Un indice de cette gravité sans précédent de la (des) purge(s) se trouve sans aucun doute, justement, dans cette situation nouvelle où le processus d’élimination physique est aussi clairement mentionné, comme un des moyens “normaux” de cette purge, à l’imitation des procédés d’élimination interne du crime organisé. Ce procédé a évidemment déjà été employé par la CIA mais il était toujours perçu comme exceptionnel et inhabituel pour des officiers de la CIA, même s’il fut effectivement beaucoup employé. Qu’il soit présenté comme une norme presque naturelle de fonctionnement indique le niveau où est tombée l’Agence, – celui du crime organisé, quasiment, complétant ses activités courantes de manipulation de trafic de drogue, d’interférences illégales sur les investissements financiers, etc. Toute cela indique que c’est le fondement même de la CIA New Age post-9/11 qui est aujourd’hui le sujet des “purges” ... A l’image des USA évoluant vers l’illégalité systématique et les méthodes de piraterie et de banditisme, la CIA est un organisme de plus en plus proche d’une énorme structure de crime organisé. Loin d’en être plus efficace, – au contraire, l’erreur d’évaluation et la politisation et la corruption de l’analyse sont aujourd'hui la norme, – la CIA est devenue un appendice monstrueux, inspirateur d’erreurs grotesques et producteur systématique de désordre. C’est un miroir sordide de l’évolution des USA dans un processus d’effondrement où la décadence accélérée par les coups extérieurs des barbares comme marque normale de ce processus est remplacé par la chute dans la barbarie pure de l’objet de cette décadence, comme marque même de sa décadence. Exceptionnels jusqu’au bout, les USA n’ont pas besoin des autres, des barbares extérieurs, pour s’effondrer ; ils se font barbares, avec une telle dextérité qu’on croirait qu’ils l’ont toujours été. Mis en ligne le 27 mai 2014 à 09H40 Source : Dedefensa.org

vendredi 23 mai 2014

vendredi 16 mai 2014

Les américains voulaient des représailles sanglantes à l’Est de l’Ukraine de manière à impliquer la Russie. Non seulement ils n’ont pas réussi à impliquer la Russie, mais ils se retrouvent en prime avec une guerre qu’ils vont devoir gérer de manière complètement imprévue. Les derniers évènements dans le Donbass, à savoir les référendums de Donetsk et de Lougansk suivis des déclarations d’indépendance bouleversent tous les calculs de Washington.
En tant qu’états indépendants, ces deux régions disposeront désormais de toutes les institutions d’un état, dont une armée et un service de sécurité qui tentera de tenir tête aux assauts de l’armée de Kiev. Le fait d’être reconnus ou pas par l’Occident n’y changera rien. Du coup, la donne n’est plus la même. La Russie n’a plus besoin d’intervenir. L’armée ukrainienne et les mercenaires feront désormais face à une armée régulière qui défend son sol. La Russie n’a plus alors qu’à équiper, former et accompagner cette armée, à l’instar de ce qu’elle a réalisé en Syrie et qui a fait ses preuves. Encore un ratage étatsunien qui, espérons-le, en restera là. Sinon, avec une armée ukrainienne n’étant pas vraiment prête à se battre, beaucoup de choses imprévisibles et désagréables pour Washington pourraient en découler, comme l’élargissement des zones indépendantes et même la reconquête de Kiev. Et si Kiev tombait entre les mains de l’armée du Donbass, les atlantistes auraient un sérieux problème de vocabulaire. Sera-ce un coup d’état fomenté par des rebelles de l’Est, ou une invasion d’un pays qui n’existe pas, parce que non reconnu ? Avic – Réseau International

jeudi 15 mai 2014

Synthèse sur l’Ukraine, une contre-propagande médiatique La crise en Ukraine fournit l'exemple d'une tentative de manipulation médiatique majeure. Cette dernière prend sa source au niveau des pouvoirs politiques avec le relais bienveillant des médias dominants. Il est donc indispensable d'allumer un maximum de contres feux et de rétablir sans parti pris la réalité des choses. L'Ukraine est un pays de 45 Millions d'habitants, le 2ième d'Europe par sa superficie. A l'est le pays est frontalier avec la Russie, coté ouest on trouve la Pologne et la Roumanie, toutes deux Membres de l'Union Européenne et de l'OTAN. Depuis des siècles, ce pays a pratiquement toujours été dominé par des puissances extérieures, la dernière en date étant l'Union Soviétique. Il finit par accéder à l'indépendance en 1991 à la suite de la chute du bloc de l'Est. Le pays est divisé car une partie de sa population tournée vers l'Ouest milite pour son rattachement à l'U.E. L'autre partie penche de son coté pour un rapprochement régional avec la Russie. L’Ukraine est également la plaque tournante du transport de gaz Russe avec ses milliers de kilomètres de pipe-lines [1]. Fait rarement souligné, on dispose là bas d'un réservoir de main d'œuvre à bon marché avec un salaire mensuel moyen d'environ 200 € en 2012. Il est également important de noter que ce pays possède un parc électronucléaire dont la sécurité est loin d'être assurée. Rappelons que le célèbre site de Tchernobyl se trouve en Ukraine. Depuis son indépendance, l'Ukraine a connu des gouvernements successifs minés par la corruption, qu'ils soient pro-occidentaux (Ioulia Tymochenko) ou pro-russes (Viktor Ianoukovytch). Le dernier président élu d'une manière parfaitement régulière (source OSCE) fut Viktor Ianoukovytch en février 2010, ce dernier représente le "parti des régions". A. LES ÉVÉNEMENTS RÉCENTS En 2013, le président en exercice Viktor Ianoukovytch est en négociation au sujet de la signature d'un accord de libre échange avec l'U.E. Considérant que la proposition de l'U.E. n'est pas compatible avec les intérêts du peuple Ukrainien, il décide en novembre 2013, dans le cadre de son mandat, de suspendre les négociations avec cette dernière et d'en lancer d'autres avec la Russie (*). (*) La Russie ayant fait une contre-proposition plus avantageuse. Les manifestations place Maïdan L'opposition pro-européenne, mécontente, organise alors des manifestations, pacifiques dans un premier temps, sur la fameuse place Maïdan à Kiev (la capitale) rassemblant parfois jusqu'à 100 000 sympathisants pro-occidentaux. Qui sont les manifestants ? D'après les observateurs, les manifestants du Maïdan [2] étaient composés de quatre différents groupes positionnés sur un spectre politique allant de la droite à l’extrême-droite : - "Batkivshina" (Patrie) : droite ultra-libérale - "UDAR" : droite pro U.E. - "Svoboda" (liberté) : extrême droite néo-nazie - "Pravyi Sektor" (secteur droit) : extrême droite néo-nazie avec milices armées Batkivshina Le parti Batkivshina ou Union panukrainienne « Patrie » est une coalition ultra-libérale dirigée par Ioulia Timochenko. Ce parti est la composante principale du Bloc Ioulia Tymochenlo. Cette dernière est l'égérie de la révolution orange de 2004 connue en occident par sa coiffure de paysanne ukrainienne qui a fait le tour des médias. Ioulia Tymochenko Elle fut premier ministre en 2005, puis accusée de corruption et emprisonnée lors du changement de régime en 2010. UDAR L'UDAR ou Alliance Démocratique Ukrainienne pour la Réforme est un parti libéral et pro-européen, ce dernier est patronné par la CDU d'Angela Merkel et l'IRI du républicain américain John Mac Cain [2]. Svoboda (liberté en ukrainien) est un parti d’extrême-droite ultranationaliste néonazi [3], antisémite dirigé par Oleh Tyahnybok. Ce parti a été créé en 1991 par ce dernier sous l'appellation "Parti National Socialiste d'Ukraine". La référence au "Parti National Socialiste Allemand" (parti nazi) fondé en 1920 est on ne peut plus claire. Son emblème originale est d'ailleurs inspirée de celui de la 2ème division SS "Das Reich" de 1944. Dans le but de faire croire à un parti modéré, le nom du parti s'est transformé en "Svoboda" et l'emblème a été transformée. Pravyi Sektor (Secteur Droite) est un autre parti néo-nazi encore plus radical qui considère Svoboda comme trop mou [3]. Pravyi Sektor est un mouvement qui prône la violence, il possède des groupes paramilitaires bien entraînés. L'Ukraine est un pays qui possède d'importantes mouvances nostalgiques du nazisme. Ces dernières sont en particulier présentes dans la ville de Lviv à l'ouest qui est l'un des bastions historiques du fascisme ukrainien. Les manifestations dégénèrent, 100 morts place Maidan... Le 15 décembre 2013, le premier ministre ukrainien participe à un sommet à Moscou pour discuter d'une possible adhésion à l'union douanière eurasiatique (Russie, Biélorussie et Kazakstan). Début 2014, sur la place Maïdan, les manifestations dégénèrent, des coups de feu éclatent et on commence à dénombrer des victimes dans la foule et dans les forces de l'ordre. Entre le 18 et le 20 février, on dénombre 100 morts répartis du coté des manifestants et de la police anti-émeute. Qui sont les tireurs ? La question fondamentale est bien de savoir qui a déclenché la tuerie du 20 février. Le gouvernement "transitoire" qui a pris le pouvoir 3 jours après a évidemment affirmé que ce sont les forces spéciales de Ianoukovitch qui en furent à l'origine. Cette question sera traitée en détail plus loin. 21 février 2014 : accords de Kiev Sous la pression des violences (le crime paie !) , après une négociation marathon, le président consent le 21 février des concessions majeures à l'opposition [4] : - élection anticipée - diminution constitutionnelle des pouvoirs du président - formation d'un gouvernement d'union nationale 22 février 2014 : le coup d'état Malgré l'accord signé, le 22 février, la RADA (parlement) vote en toute illégalité la destitution du président en exercice. Le parlement a t'il été "convaincu" de signer la destitution de Ianoukovitch ? C'est ce que dénonce l'économiste Natalia Vitrenko, fondatrice du PSPU (Parti Socialiste Progressiste d'Ukraine ). Podcast ici. Un gouvernement de transition illégitime Un gouvernement de transition dirigé par Yatsenniouk (6.9% des voix aux élections de 2010) est désigné par le "conseil du Maïdan". Le gouvernement de 19 ministres est alors constitué, il se répartit de la manière suivante [5] : - "Batkivshina" (Patrie) : 5 ministres dont le 1ier ministre Arseni Yatseniouk. - "Svoboda" et "Pravyi Sektor" : 7 ministres - Ultra-libéraux non affiliés à un parti : 7 ministres
Les différents partis représentant ce gouvernement représentent au maximum 33% de la population . Les néo-nazis Ukrainiens au pouvoir... Le plus grave dans cette affaire est la présence dans ce gouvernement de 7 membres du parti Svoboda, certains étant d'anciens membres de Pravyi Sektor. Ces deux mouvements sont d'authentiques groupes néo-nazis [3], racistes, antisémites et qui font l'apologie de Stepan Bandera, un collaborateur notoire des nazis durant la dernière guerre. Ce dernier a été qualifié par l'organisation juive "Centre Simon Wiesenthal" de collaborationniste nazi responsable du massacre de milliers de Juifs pendant la guerre de 1939-1945. Le visage de la "révolution" est d'abord illustré par la vidéo ici où on voit une bande de parlementaires putschistes molester le directeur de la TV pour le forcer à signer sa démission. Comme on pouvait s'y attendre, l'est de l'Ukraine à majorité pro-russe s'est soulevé, ne reconnaissant pas la légitimité du gouvernement de Kiev. Les néo-nazis présents dans ce dernier ne se cachent d'ailleurs pas de vouloir "griller du Russe". 03 mai 2014 : Le meurtre en masse de pro-russes d'Odessa Le 03 mai, un groupe de manifestants pro-russes non armés poursuivis par les milices du Pravyi Sektor a trouvé refuge dans un immeuble appelé "Maison des Syndicats". Les milices fascistes ont alors incendié le bâtiment puis achevé au sol ceux qui avaient tenté de sauter par les fenêtres. Les images (très dures) sont disponibles ici [6], le bilan fut très lourd avec 40 morts. Comme on le verra plus loin, l'occident n'hésite pas à s'allier avec de tels individus pour tenter d'arracher l'Ukraine à l'influence Russe. B. QUI A DÉCLENCHÉ LE BAIN DE SANG PLACE MAÏDAN ? La question fondamentale est de savoir qui est responsable du bain de sang place Maïdan, c'est en effet cet événement qui a induit la destitution du président élu en 2010. Les quelques éléments d'enquête dont on dispose suffisent à établir les faits suivants : - les blessures des victimes des deux camps étaient de même type - des snipers ont tiré sur la foule depuis le QG de l'opposition Un même groupe armé a tiré sur les 2 camps Les blessures constatées coté forces de l'ordre et coté manifestants sont du même type, ce qui tend à démontrer que c'est une seule et même équipe de snipers qui a ouvert le feu sur les civils et sur les forces de l'ordre. Cette information provient d'une conversation téléphonique ayant eu lieu le 25 février dernier entre la vice-présidente de la Commission européenne, Catherine Ashton, et le ministre estonien des Affaires étrangères, Urmas Pae. Cette conversation a été confirmée par le ministre lui même. Hormis les forces de l'ordre, le seul groupe armé répertorié sur la place Maïdan était les milices de Pravyi Sektor, on en déduit facilement qui peut être à l'origine de la tuerie. Une chaine publique...allemande mène l'enquête La chaine publique régionale allemande ARD, a diffusé une enquête sur les responsables du carnage du Maïdan le 20 février : ici. Seul le site de France Télévisions a relayé cette information. Les tirs sur la foule provenaient....du QG des forces rebelles ! Cette enquête démontre que des snipers ayant tiré sur la foule étaient postés dans l'hôtel Ukraina qui servait de QG aux forces rebelles. Bien entendu, le gouvernement putschiste ne risque pas d'enquêter sur ses propres crimes comme le montre la fin du reportage où le journaliste pose la question au ministre Oleg Makhnitski (parti Svoboda) qui répond : « Nous enquêtons sur ce point. »... Le scénario le plus probable Le 20 février, le groupe néo-nazi Pravyi Sektor a "opportunément" déclenché un bain de sang pour déstabiliser le gouvernement en place. Puisque ce dernier fait partie des putschistes, le risque d'enquête le mettant en cause ultérieurement est nulle. Il fut ensuite aisé de laisser entendre que la police a tiré en premier sur la foule pour réprimer les manifestations, cette assertion ayant alors justifié l'éviction du gouvernement. C. GÉOPOLITIQUE DE LA RÉGION La politique eurasiatique menée par les États Unis et ses alliés européens est issue d'une doctrine post-soviétique vieille d'une vingtaine d'années. Cette dernière fut élaborée en 1994 par Zbigniew Brzezinski, conseiller d'origine polonaise des présidents américains. Elle est décrite dans son ouvrage intitulé "Le grand échiquier". La doctrine Brzezinski Après la chute de l'Union Soviétique, dans le cadre d'une stratégie visant à conserver l'hégémonie américaine, il faut "empêcher l'émergence de toute puissance concurrente". En particulier à l'est, tout doit être fait pour que la Russie ne redevienne pas une grande puissance. Une condition suffisante serait que cette dernière reconstitue un bloc avec les 3 pays suivants [1] : - Biélorussie - Kazakhstan - Ukraine Or, les deux premiers étant déjà associés à la Russie dans le cadre d'une union douanière, il faut absolument éviter que l'Ukraine ne les rejoigne. Cela explique pourquoi les États-Unis utilisent l'Europe pour intégrer l'Ukraine à l'Ouest, sans être trop regardant sur la nature de ses alliés dans ce pays. L'interventionnisme de l'Europe L'U.E. est comme d'habitude divisée sur la question ukrainienne, 3 pays font cependant preuve d'un certain activisme sur le sujet : - Allemagne - Pologne - France L'Allemagne possède des intérêts en Ukraine, ce qui explique son implication. Les relations entre la Pologne et la Russie sont historiquement très mauvaises. Quand à la France, on se demande quels sont ses intérêts directs, sinon qu'elle semble être devenu le nouveau toutou des États-Unis à travers son récent strapontin dans l'OTAN. On peut estimer que notre président, en berne dans les sondages (c'est peu dire), tente d'exister sur la scène internationale en jouant une fois de plus les gros bras avec des moyens qu'il n'a pas. Après tout, cette politique n'est que la suite logique de l'une des plus graves erreurs faites par le régime précédent en nous faisant réintégrer l'OTAN. Le nouveau régime poursuit donc dans cette direction atlantiste, tournant le dos définitivement à la politique gaulliste d'indépendance nationale. D. LA POSITION DE LA RUSSIE La Russie est donc bien le pays qui est visé par la politique occidentale en Ukraine. Il faut noter que ce pays est limitrophe à la Russie avec une frontière partagée d'environ 1500 km. Par ailleurs, la base navale de Sébastopol en Crimée est une composante essentielle de la flotte russe de la mer noire. Dans ces conditions, on comprend aisément que la Russie ne peut accepter que l'Ukraine tombe dans le giron occidental. Le pire pour les Russes serait que ce pays rejoigne l'OTAN, comme cela fut déjà évoqué à plusieurs reprises. L'occident menace directement la Russie La frontière Russe étant directement menacée, la situation actuelle pourrait être assimilée à une crise inverse de celle de Cuba en 1961. Comment réagirait la France, si la Belgique par exemple, était déstabilisée par la Russie qui tenterait de la faire entrer dans une alliance militaire orientale ? Le cas de la Crimée La Crimée faisait partie de la Russie jusqu'à 1954, à cette date, elle fut "cédée" à l'Ukraine qui était alors membre de l'union soviétique. Elle devint alors une république autonome rattachée à l'Ukraine. La population de la Crimée est constituée à 60% de Russes, 15% de Tatars et seulement 25% d'Ukrainiens. A l'issue du coup d'état en Ukraine, et devant les craintes suscitées par la prise de pouvoir des néo-nazis, un référendum fut organisé en Crimée. Le résultat de ce dernier indiqua que 96% de la population souhaitait le rattachement de la Crimée à la Russie. Ce référendum est légal comme l'indique la charte des nations unies au sujet du droit des peuples à disposer d'eux mêmes. Les précédents sont nombreux. E. L’INGÉRENCE OCCIDENTALE L'ingérence occidentale dans les affaires ukrainienne est illustrée par de multiples exemples. Plusieurs organisations occidentales interviennent en Ukraine. Ces dernières agissent dans le cadre d'un programme américain d'incitation des populations de l'ex-URSS à se soulever contre ses dirigeants. Sponsorisation de l'UDAR On a déjà vu précédemment les liens existants entre l'UDAR et la CDU Allemande ainsi qu'avec l'IRI du républicain américain Mac Cain. Un ancien candidat à la présidence US harangue la foule à Kiev John Mac Cain est l'ancien candidat républicain à la maison Blanche vaincu par Obama en 2008. Il est le président de l'IRI, un organisme chargé d'exporter la "démocratie américaine" sur toute la planète. Mac Cain n'hésita pas à prendre la parole place Maïdan devant la foule des manifestants et à rencontrer le triumvirat de l'opposition au Maïdan , incluant le néo-nazi Tyanybok, interdit d'entrer aux états unis pour cause de discours antisémites [2].
BHL, le "rossignol des charniers" sur la place Maïdan En France, nous avons Bernard Henry LEVY, surnommé BHL. Ce dernier se prend pour un intellectuel engagé et courageux. Il n'est ni l'un ni l'autre bien entendu, mais reste cependant un individu extrêmement dangereux comme le montre son influence sur Sarkozy (et peut être aujourd’hui sur Hollande) lors du déclenchement de la guerre en Lybie. Sa pensée, qui tient en entier sur un timbre poste, s'est sans doute forgée à la lecture assidue des comics américains à base de super héros qui sauvent le monde chaque semaine. Elle se résume en une phrase : "les bons, c'est nous et les méchants c'est eux". Il jouit cependant, et ce n'est pas un hasard, de nombreuses entrées dans les médias. Ces portes ouvertes lui permettent de tenter d'exister et de poursuivre sa quête pour créer un monde meilleur à coups d'ingérences militaires ! Son credo : "La guerre sans l'aimer". Il reste choquant de constater l'outrecuidance d'un individu, jamais élu, qui se permet d'aller haranguer les foules dans un pays au bord de la guerre civile. Quelle est la légitimité de tels agissements ? Un des paradoxes et non des moindres est qu'il se range du coté de néo-nazis antisémites qui l'auraient en d'autres temps probablement traité avec moins de bienveillance. 21 mars 2014 : L'U.E. signe un accord politique avec le gouvernement de Kiev Dernier exemple d'ingérence cité, le 21 mars, l'U.E. a signé le volet politique d'un accord avec le gouvernement illégal de Kiev. La signature du volet économique est prévu après les élections du 25 mai. F. QUE NOUS DISENT LE GOUVERNEMENT ET LES MÉDIAS ? La position officielle du gouvernement français est de considérer que le nouveau pouvoir en place est légitime puisqu'il est issu d'une révolution populaire. Par ailleurs, la Russie de Poutine est accusée d'intervenir en sous-main dans les affaires de l'Ukraine pour créer des troubles afin de justifier l'intervention de l'armée russe. Avec la liste des ingérences occidentales identifiées en Ukraine, il faut tout de même oser tenir cette position ! Le gouvernement français La position du gouvernement est résumée ici par l'intervention du ministre des Affaires étrangères (Laurent Fabius) sur France Inter. Extrait : "Maintenant quand on accuse ce gouvernement d’être d’extrême-droite, c’est faux ! C’est faux ! Il y a 3 membres [!] du parti Svoboda qui est un parti plus à droite que les autres, mais l’extrême droite n’est pas au sein du gouvernement." [Laurent Fabius, 11 mars 2014] Fabius nous explique en fait que les fascistes d'Ukraine ne sont pas d’extrême droite ! Par ailleurs, si les néo-nazis ne sont pas au pouvoir, pourquoi les juifs d'Odessa se préparent t'ils à évacuer la ville ? [9] La question est de savoir si Fabius est un fieffé menteur ou s'il est totalement incompétent, dans les deux cas, sa place n'est pas au gouvernement. L'UPR demande d'ailleurs à juste titre sa démission. Les médias La tendance lourde des médias nationaux et plus généralement occidentaux est alignée sur celle des gouvernements. Les médias, comme un seul homme, relaient la même version et analysent chaque nouvel événement suivant le filtre de la manipulation Russe. L'accusation anti-Poutine ne reposant sur aucune preuve est répétée ad nauseam lors de chaque intervention médiatique sur l'Ukraine. Cette stratégie conduirait à justifier une éventuelle intervention militaire de la Russie en Ukraine pour protéger les pro-russes de l'est. Pour le cas de la Crimée, Poutine est accusé d'avoir envahi cette province par la force. Ce "manichéisme infantile" (dixit JF Kahn) [7] présente donc les Russes comme les "méchants" et les putschistes comme les "gentils". Quelques exemples d'information "orientée" Le Parisien Après la prise de contrôle de la Crimée par les forces Russes, le gouvernement craint une offensive militaire Russe. Direct Matin Où s'arrêtera Poutine ? Libération Moscou avance ses pions et son idée de "nouvelle Russie". Quelques voix raisonnables s'élèvent cependant du bourbier médiatique JF Kahn En finir avec le manichéisme infantile [7]. Jacques ATTALI Sont ils tous devenus fous ? Marianne.fr Pourquoi le massacre d’Odessa a-t-il si peu d’écho dans les médias ? Du coté des politiques, seuls deux hommes ont osé s'élever contre le consensus : Jean-Luc Mélenchon Avis aux Mickey à propos de l’Ukraine. François Asselineau Interview de l'agence info-libre ici. G. CONCLUSION Une fois que l'on a pris en compte tous les aspects de la situation, on comprend qu'une coalition de l'opposition ukrainienne incluant deux factions néo-nazies a organisé un coup d'état avec la bénédiction de l'U.E.. Cette coalition s'est appuyée sur les groupes paramilitaires de Pravyi Sektor pour lancer des provocations sanglantes et déstabiliser le pouvoir en place. Quelques crétins occidentaux se sont au passage ingérés directement dans le processus et ont mis de l'huile sur le feu en tonitruant sur la place Maïdan pour faire croire à la foule que "l'occident est avec vous" ! Le 25 février, sous la menace des milices du Pravyi Sektor le parlement ukrainien a illégalement destitué le président en exercice élu en 2010. Il s'agit donc d'un putsch parfaitement illégitime. Les médias européens ont présenté ce coup d'état comme une révolution populaire en diabolisant les Russes qui sont frontaliers avec l'Ukraine. A quelques exceptions près (ex : Allemagne), aucun média n'a pris la peine de vérifier ses sources ni de faire une analyse géopolitique intelligente. On a juste oublié de préciser que l'Ukraine est un pays divisé en 2 camps : l'un pro-occidental à l'ouest, l'autre pro-russe à l'est. Ensuite, lorsque certains veulent annexer toute l'Ukraine au bloc occidental y compris en l'intégrant à l'OTAN, il suffit de regarder une carte pour comprendre que la Russie ne peut pas l'accepter. Le résultat est un pays déstabilisé, avec une faction néo-nazie présente dans la coalition au pouvoir. Cette dernière a déjà commencé le nettoyage (ils appellent cela "lustrage"), en particulier à l'est. Des élections sont prévues le 25 mai, mais celles-ci s'annoncent déjà comme parfaitement bidons depuis le retrait d'Oleg Tsarev, candidat du parti des régions (35% des voix aux élections de 2010). En effet, les milices l'empêchent de mener sa campagne en usant de violences [8]. Tout est donc réuni pour conduire à une guerre civile qui peut déboucher à minima sur une partition de l'Ukraine. A l’extrême une intervention Russe est très possible si les imposteurs de Kiev poursuivent leurs exactions sur les populations de l'est. La probabilité de conflit mondial reste faible car l'occident n'a pas les moyens d'entrer en confrontation directe avec l'armée Russe. Le plus grand risque est de pousser la Russie vers la Chine, alors que Vladimir Poutine ne souhaite rien d'autre qu'un rapprochement naturel avec l'Europe de l'ouest. Cette dernière rejette complètement cette idée et préfère s'étendre jusqu'aux frontières de la Russie. Ostraciser ce pays en l'isolant n'est en fin de compte que l'illustration d'une politique impérialiste totalement stupide. ... Pour s'informer de la suite des événements, car l'histoire s'écrit sous nos yeux, je recommande l'excellent travail d'Olivier Berruyer sur son site : Série Ukraine http://www.les-crises.fr/ukraine/ Liens [1] Agence Info Libre - Interview de Pascal Marchand professeur des Universités à Lyon II, spécialiste de la Russie, podcast ici. [2] "Ukraine : autopsie d’un coup d’Etat" - Ahmed Bensaada http://www.mondialisation.ca/ukraine-autopsie-dun-coup-detat/5372363?print=1 [3] "Quand les nazis mènent le bal…" - Geoffroy Géraud Legros http://www.7lameslamer.net/quand-les-nazis-menent-le-bal.html [4] [Ukraine : on a oublié de vous dire... 5.1] Le coup d'état - Olivier Berruyer (les-crises.fr) http://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-5/ [5] L’imposture du “gouvernement démocratique” - Olivier Berruyer (les-crises.fr) http://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-5-2/ [6] Le drame d'Odessa - Olivier Berruyer (les-crises.fr) http://www.les-crises.fr/svoboda-c-est-ca/ [7] "En finir avec le manichéisme infantile" - Jean-François Kahn http://www.les-crises.fr/en-finir-avec-le-manicheisme/ [8] Le député de Oleg TSAREV retire sa candidature à l’élection présidentielle et appelle à son boycott - Olivier Berruyer (les-crises.fr) http://www.les-crises.fr/a-hieeeee-l-armee-ukrainienne-attaque/ [9] La communauté juive d'Odessa se prépare à une évacuation - Jerusalem Post http://www.jpost.com/International/Odessa-Jewish-community-mulls-emergency-evacuation-351334

lundi 5 mai 2014

MOSCOU, 4 mai - RIA Novosti Les consultations que la CIA et le FBI mènent avec les nouvelles autorités ukrainiennes témoigneraient de l'intention de Washington d'entraîner Moscou dans une guerre locale contre Kiev, estime le président de l'Institut de la stratégie nationale, Mikhaïl Remizov. "Les Etats-Unis jouent sans aucun doute du côté de Kiev. Leur but est de tenir un scrutin présidentiel et d'assurer le contrôle de l'ensemble du territoire du pays par les nouvelles autorités. C'est la partie visible de l'iceberg. Ceci étant dit, il ne faut pas exclure qu'ils cherchent à entraîner la Russie dans une confrontation armée", indique l'expert. Selon lui la question n'est pas de savoir si des spécialistes US travaillent du côté de Kiev, mais de savoir quels objectifs poursuit Washington. Il indique qu'il est difficile de préciser si les Américains poursuivent uniquement les objectifs déclarés ou s'ils mènent un jeu beaucoup plus difficile qui vise à "entraîner la Russie dans un confit local que les Américains gèreraient ensuite par via les Ukrainiens en fournissant à ces derniers des armes, de l'argent et des inspecteurs". Le quotidien allemand Bild a antérieurement écrit que des dizaines d'agents de la CIA et du FBI menaient des consultations avec les nouvelles autorités ukrainiennes. D'après la revue, les agents spéciaux US aidaient à mettre fin aux troubles dans l'est du pays et à former les militaires et les policiers ukrainiens. Le journal souligne que l'activité des Américains serait limitée à Kiev et qu'ils ne participeraient pas aux combats lancés par les troupes gouvernementales contre les militants de la fédéralisation (ce qu’ont contredit à plusieurs reprises des responsables fédéralistes de Lougansk).