lundi 16 février 2015





Samedi prochain nous nous retrouvons une nouvelle fois devant l'Ambassade d'Ukraine à Paris à 15h.00 pour dénoncer les crimes contre l'humanité qui se déroulent en Novorussie et demander que de l'aide humanitaire massive soit envoyée aux populations civiles de Donetsk et Lougansk.

В следующую субботу мы находим себя снова перед посольством Украины в Париже через 15 часа 00, чтобы осудить (отмените) преступления против человечества , которые имеют место в Novorussie и спрашивать такового массивной гуманитарной помощи послан гражданским поселениям Донецка и Luhansk.

El sábado próximo nos encontramos otra vez delante de la Embajada de Ucrania en París a 15h.00 para denunciar(revelar) los crímenes contra la humanidad que se celebran en Novorussie y pedir para que de la ayuda humanitaria maciza sea enviado a las poblaciones civiles de Donetsk y Lougansk.

Sabato prossimo ci ritroviamo una nuova volta davanti all'ambasciata dall'Ucraina a Parigi a 15h.00 per denunciare i crimini contro l'umanità che si svolgono in Novorussie e chiedere che l'aiuto umanitario massiccio sia mandato alle popolazioni civili di Donetsk e Lougansk.

Am nächsten Samstag befinden wir uns noch einmal vor der Botschaft der Ukraine in Paris in 15h.00, um die Verbrechen gegen die Menschheit anzuzeigen, die im Novorussie verlaufen und zu bitten, daß der massigen humanitären Hilfe den Bevölkerungen, Donetsk und Lougansk zivil, gesandt ist.

Nós nos achamos novamente em frente à embaixada de Ucrânia em Paris em 15 hora 00 sábado que vem denunciar (cancelamento) os crimes contra humanidade que acontece em Novorussie e perguntar isso da ajuda humanitária volumosa é enviado às populações de civil de Donetsk e Lougansk.

今度の土曜日に我々は再び(キャンセルしてください)非難するべき15時間の00でパリでウクライナの大使館の前(に・で)我々自身に Novorussie でそして大規模な人道的援助のそれが送られることを頼むために、ドネツクと Lougansk の民間の人口に起きる人類に対する犯罪を見つけます。

Next Saturday we find ourselves again in front of the Embassy of Ukraine in Paris in 15h.00 to denounce(cancel) the crimes against humanity which take place in Novorussie and to ask that of the massive humanitarian aid is sent to the civilian populations of Donetsk and Lougansk.

mardi 10 février 2015

Le Kremlin maintient le cap sur sa diplomatie forte, une et indivisible concernant la guerre entre la Novorussie et l'Ukraine, le camp des "colombes" est gagnant pour le moment. 
Oui, il s'agit bien d'une guerre et non pas d'une opération de maintien de l'ordre comme voudrait nous l'inculquer le régime de Kiev (tiens ça me rappelle quelque chose, l'Algérie .... ) Tous ces morts que l'ensemble des autorités internationales ne veulent classer dans la catégorie "morts pour une guerre" (avec toutes les conséquences en cas de défaite). 
Et pourtant, la population du Donbass n'a fait que demander d'être libre, libre de vivre, libre de parler sa langue maternelle, libre de choisir l'indépendance. Il semble désormais de manière éclatante que ce mot qu'ils ont dans la bouche, nos donneurs de leçon quotidienne, comme une sorte de bouillie informe et sans saveur ne soit qu'un argument destiné aux simples d'esprit, la Liberté ne se négocie pas elle se conquiert, l'ont-ils oublié ? Peut-être un jour nous saurons leur rappeler.
Pour ceux qui se prétendent les héritiers des révoltes populaires de naguère, là comme ailleurs, la force des armes aura le dernier mot, elle vient des tripes d'un peuple qui n'a plus rien à perdre sinon la vie, concept qui dépasse largement nos petits chroniqueurs gominés et apprêtés pour plaire à la masse des téléspectateurs. Ces humanistes de pacotille qu'ils soient politiques ou médiatiques qui ont fermé les yeux sur le massacre d'Odessa et de tant d'autres depuis que ce conflit enflamme la région, n'ont plus, à mes yeux, aucun crédit. Ils sont ces salauds inutiles que nos sociétés ont engendré de manière endémique et qui polluent notre système. Ils ont prouvé de manière éclatante qu'ils étaient inféodés, manipulateurs, méprisants, corrompus et surtout capables de toutes les vilenies pour faire respecter leur ordre mondial, celui du fric et des intérêts mercantiles d'une minorité d'entre nous. Un seul témoignage me vient à l'esprit aujourd'hui, celui d'un combattant de Novorussie devant les caméras russes : "Nous avons gagné de nouvelles terres avec notre sang, nous ne reviendrons pas en arrière, que tout le monde le sache bien".

Au moment où c'est la débandade la plus complète du côté de la junte de Kiev (qui elle, est jugée comme honorable et interlocuteur fiable, un véritable ami de notre si chère démocratie, c'est dire là aussi désormais le niveau de reconnaissance qu'il faut avoir pour siéger à leurs côtés internationalement, faites un putsch contre "l'ennemi international n°1" et vous serez adulés par les régimes occidentaux), au moment où des milliers d'hommes ukrainiens cherchent par tous les moyens à fuir le pays pour ne pas être mobilisés dans cette boucherie, au moment où les femmes manifestent partout à l'ouest du pays pour faire obstacles à cette mobilisation, ces mères, ces épouses ne veulent pas , n'acceptent pas que des frères, des cousins s'entre tuent pour satisfaire aux plans funestes de pays étrangers, ces pays qui manipulent deux groupes pour pouvoir affaiblir directement leur adversaire russe, un peu comme lorsqu'ils envoient leurs drones ou leurs mercenaires se faire tuer (aucun cas leurs GI, ce qui provoquerait une onde de choc défavorable au gouvernement Obama), on préfère envoyer comme le Canada des armes de destruction massive et augmenter ainsi les massacres de civils. Au moment donc où c'est le commencement de la fin pour les nostalgiques de l'époque Bandera, le couple franco allemand tente une dernière opération de sauvetage de ce régime qui part à la dérive et dont les jours sont comptés, ultime démonstration de complicité et d'adhésion de nos sociétés inféodées à ce qu'il y a de plus nauséeux. 
Deux stratégies s'affrontent au coeur même du pouvoir russe aujourd'hui face à cette situation qui vise, pour l'Europe, à sauver la face : la première fidèle à la ligne dictée par le Kremlin vise toujours la négociation diplomatique pour pouvoir ensuite régler calmement, à l'écart des émotions, les comptes de tout ce gâchis (on l'espère) et puis l'autre clan, plus guerrier qui juge qu'il faut profiter de l'occasion pour que Kiev abdique purement et simplement face à la victoire militaire patente de la Novorussie. Moscou craint que cette option ne soit néfaste sur une longue échéance pour ses propres intérêts économiques, l'occident une nouvelle fois vaincu ne pourrait oublier un tel camouflet, d'autant qu'ils ont tendance à s'accumuler ces derniers temps (Ossétie du Sud, Abkhazie, Soutien à l'Iran et à la Syrie). Voilà pourquoi on s'achemine malgré les évidences à un négociation en vue de sceller un accord de Paix durable prémuni par une zone tampon surveillée par des troupes de casques bleus de diverses nationalités dont russe bien évidemment. Espérons que la vigilance sera de mise afin d'éviter que ce régime, qui aura semé le trouble et la désolation, ne passe aux travers des filets et qu'il soit jugé pour tous les actes de barbarie et de génocide dont il s'est distingué.
André CHANCLU

samedi 7 février 2015

Un marché de dupes ?

A l'issue de la rencontre tripartite qui s'est déroulée hier à Moscou entre Merkel, Hollande et Vladimir Poutine, rencontre qui nous laisse un goût amer et nous pousse à être extrêmement prudents quant à son analyse, un premier constat saute aux yeux, on omet de signaler que dans les forces en présence il y a surtout les deux Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk, ces deux oblasts qui ont enregistré sans arrêt depuis le début du conflit des victoires retentissantes sur... les forces de Kiev, les deux représentants de ces Républiques Populaires brillent par leur absence à la table des pré négociations, le couple franco allemand a rencontré la veille le dirigeant ukrainien, mais personne n'évoque la position de la Novorossiya. Voilà un fait inquiétant, on peut légitimement penser que Vladimir Poutine pourra être un avocat de talent en l'espèce, mais pourquoi a-t-il accepter un tel mépris envers les forces victorieuses novorusses ? Habituellement c'est le vainqueur qui dicte sa loi et non le contraire, dans cette dramatique affaire on continue de marcher sur la tête, d'abord tous ces massacres perpétrés sur des civils (plus de 6000 aujourd'hui) balayés dédaigneusement d'un revers de main par l'ensemble des acteurs occidentaux, puis ce déferlement d'armes interdites livrées par les puissances occidentales au mépris de toutes les lois sur la guerre, enfin l'hypocrisie de cette Amérique qui continue imperturbablement de tirer les ficelles (puisqu'encore avant-hier Mac Cain évoquait la livraison d'armes sophistiquées à l'armée de Poroshenko), on vient nous dire que des Forces d'inter position pourraient ainsi servir de tampons entre les forces en présence, cette solution n'en est pas une. Elle servira simplement à Kiev de gagner un temps précieux au moment où l'armée ukrainienne n'a plus le moral et au moment où les desertions se multiplient partout dans le territoire, ce temps sera mis à profit pour que l'armée ukrainienne à genoux puisse se remettre sur pied et dès que la force sera revenue, ces gens sans foi ni loi attaqueront de nouveau les civils pro russes de Novorossiya, comme Saakashvili l'avait fait en Ossétie du Sud, à l'époque souvenez-vous les "casques bleus" russes avaient été pris pour cible par l'armée géorgienne appuyée par les nombreux conseillers militaires de l'OTAN. Les Forces Armées de Novorossiya doivent continuer leur progession jusqu'à l'obtention d'une reddition totale de Kiev, sans cela, tout ceci n'aura été qu'un marché de dupes dont le peuple de Novorossiya sera le dindon de la farce.